Volunteer World
Open navigation

Mission humanitaire en Thaïlande

Une mission humanitaire en Thaïlande est le meilleur moyen de profiter des belles plages et d’aider la communauté...

Top 20 des 52 missions

Filter
Toutes les 52 missions

Missions humanitaires et stages à l'étranger en Thaïlande

Tu voudrais effectuer une mission humanitaire en Thaïlande ? Très bon choix ! La Thaïlande, ou « l’Asie pour les novices », est un pays où l’on se sent bien. Belles plages, sourires à chaque coin de rue... Tout simplement un endroit où l’on peut facilement lâcher prise. Et d’un autre côté, ses temples anciens, ses cités en ruines et ses jungles exotiques à la faune et flore diversifiée sont un vrai terrain de jeu pour les aventuriers.

Faire du volontariat en Thaïlande sera une superbe expérience pour toi, et nous voulons que tu sois fin prêt pour ce voyage. C’est pourquoi nous sommes là pour t’aider à en savoir plus sur les missions humanitaires disponibles dans ce pays d’Asie du Sud-Est. Les opportunités y sont aussi variées que le pays en lui-même, les volontaires y trouveront tous leur compte. C’est parti !

Les domaines qui ont le plus besoin d’aide

Il y a tant d’opportunités variées de projets humanitaires en Thaïlande que quelle que soit ton envie, tu trouveras forcément celle qui te correspond.

  • Tu as toujours été fasciné par les éléphants et tu veux contribuer à leur protection ?
  • Tu adores les animaux et tu as toujours voulu leur apporter quelque chose ?
  • Tu voudrais t’occuper de jeunes enfants ou enseigner l’anglais à des étudiants ?
  • Tu désires découvrir une culture en détail et soutenir directement des projets communautaires locaux par ton travail ?

Si tu t’identifies à l’une ou plusieurs de ces propositions, nous pouvons t’aider à trouver la mission humanitaire idéale pour toi.

Travail dans un refuge pour éléphants

Les éléphants ont un rôle prépondérant dans la société et la culture thaïlandaises, ainsi que dans l’industrie du tourisme. Mais malheureusement, beaucoup de gens ignorent que monter à dos d’éléphant cautionne une industrie où les éléphanteaux sont arrachés à leurs familles et « dressés » de façon brutale pour devenir des montures et des bêtes de foire. L’aiguillon servant au dressage est extrêmement douloureux et beaucoup d’éléphants développent des troubles du comportement en raison du stress auquel ils sont soumis. Les éléphants utilisés pour l’abattage illégal endurent les mêmes conditions.

Tu peux aider ces gentils géants traumatisés en travaillant dans un refuge pour éléphants. La plupart se situent dans les environs de la ville touristique de Chiang Mai. Ils s’occupent des vieux éléphants et de ceux qui ont échappé à l’industrie du tourisme ou de l’abattage illégal et leur offrent un endroit sûr et durable. Tes tâches quotidiennes au sein d’un refuge pour éléphants incluront de

  • leur donner à manger et à boire
  • nettoyer leurs abris et installations
  • préparer la nourriture
  • étudier leurs comportements
  • aider à pratiquer divers examens de santé sur eux.

Il est également très important que tu fasses comprendre aux touristes et aux locaux que monter à dos d’éléphant et cautionner le tourisme des éléphants nuit bien plus à la santé de ces bêtes que ce qu’ils imaginent. Plus tu sensibiliseras de gens, moins le tourisme des éléphants aura de succès. Tes tâches incluront donc d’informer les communautés ainsi que des travaux administratifs de temps à autre.

Conservation de la faune

Les éléphants ne sont pas les seuls animaux ayant besoin de l’aide de volontaires en Thaïlande. Les espèces fauniques y sont variées, mais menacées par de multiples facteurs. Certaines des plus grandes menaces auxquelles elles doivent faire face sont le braconnage, la disparition de leur habitat naturel et les tentatives de capture illégale pour en faire des animaux domestiqués.

Les petits animaux en particulier, comme les singes, sont arrachés à leurs parents lorsqu’ils sont bébés pour être vendus illégalement. Et malheureusement, les mères se font souvent tuer. Plus tard, ces singes développent des troubles du comportement en raison de ce traumatisme et de leur captivité, et de ce fait, leurs maîtres n’en veulent plus.

C’est là que les réserves animalières interviennent pour secourir et soigner les animaux traumatisés. Voici certaines espèces qui s’y trouvent :

L’objectif principal de ces réserves est de remettre les animaux en liberté une fois sur pied. Cependant, ils ne peuvent pas tous l’être. Certains seraient incapables de survivre dans la nature après avoir passé autant de temps auprès de leurs soigneurs. Les projets de conservation de la faune n’existeraient pas sans l’aide de bénévoles passionnés et enthousiastes à l’idée de travailler sur le terrain et d’apporter leur aide jour après jour. Par ailleurs, nombreux sont les refuges pour animaux domestiques ayant besoin de l’aide de volontaires, surtout dans les grandes villes comme Bangkok ou Chiang Mai. Les chiens et les chats se font rarement stériliser et sont souvent abandonnés par leurs maîtres, d’où une surpopulation d’animaux errants à certains endroits. Ces animaux, habitués à l’homme, auront besoin de soins spéciaux et de beaucoup d’amour, que tu peux leur apporter en tant que bénévole international !

Enseignement de l’anglais en Thaïlande

Les volontaires en anglais sont également chaleureusement accueillis en Thaïlande ! Un bon niveau de la langue anglaise est extrêmement utile aux locaux pour trouver du travail dans l’industrie du tourisme en plein essor ou pour pouvoir s’inscrire à l’université. C’est pourquoi ton aide en tant que bénévole international enseignant la langue anglaise aux enfants est inestimable. Selon tes compétences en anglais, tu peux aider les enfants à :

  • faire leurs devoirs (simples) d’anglais
  • pratiquer l’anglais oral courant
  • apprendre des leçons grammaticales plus complexes

Bien sûr, ces tâches varieront selon l’âge des enfants auxquels tu enseigneras et leur niveau d’anglais. Alors ne t’inquiète pas, le fait que ce ne soit pas ta langue maternelle ou que tu n’aies pas de diplôme dans l’enseignement n’est pas un frein ! Les jeunes enfants peuvent facilement se confronter à la langue par des jeux simples et en apprenant chaque jour des mots et phrases simples. Alors même si ton anglais n’est pas parfait, tu leur seras d’une grande aide.

Le pays est à la recherche de bénévoles pour donner des cours de langue aux enfants. Et si tu veux travailler dans ce domaine, tu peux aller où tu veux : que ce soit à Bangkok, capitale en plein essor, à Chiang Mai, destination touristique, ou à Koh Samui, île paisible, les enseignants bénévoles en anglais n’auront aucun mal à trouver des missions humanitaires.

Soutien aux services communautaires

Les projets de développement communautaire partent du principe que des conditions de vie décentes sont un droit fondamental pour tous. En mission humanitaire dans une communauté thaïlandaise, tu aideras les locaux à très court mais aussi à long terme. De plus, il n’y a pas mieux pour découvrir leur culture et leur vie quotidienne. Ce type de projet est parfait pour toi si tu aimes travailler en extérieur, tes tâches pouvant inclure de :

  • participer à des projets de construction
  • rénover des bâtiments communautaires
  • contribuer à l’amélioration des infrastructures

Si tu manques de temps pour rejoindre un projet de garde d’enfants ou d’enseignement pour quelques mois, c’est l’endroit idéal pour avoir un réel impact positif sur une courte durée ! . C’est également extrêmement gratifiant de voir l’investissement des communautés dans ces projets et ce que tu as accompli et construit à la fin.

Plongée et conservation marine

Si tu adores la mer et que tu ne veux pas seulement lézarder sur la plage pendant ton temps libre, tu devrais envisager de faire du volontariat dans un projet de conservation marine ! La mer et ses espèces marines souffrent de plus en plus de facteurs tels que le tourisme de masse, la pêche intensive et la pollution de l’eau.

C’est pourquoi il est très important de réagir et d’agir pour leur conservation. Tu peux rejoindre un projet de conservation à Ko Pha Ngan ou dans la province de Phang Nga, par exemple. Avoir une expérience en plongée est un plus si tu veux effectuer une mission humanitaire dans la conservation marine. Si ce n’est pas ton cas, tu pourras apprendre à plonger sur site, ou si tu as déjà des compétences de base, tu pourras en acquérir d’autres. Voici certaines tâches qui t’attendent en tant que bénévole international dans la conservation marine :

  • étudier les effets et les différents facteurs influant sur la vie marine
  • travailler dans des pépinières de coraux
  • plonger à des fins de recherche et de collecte de données
  • entretien des équipements
  • nettoyage fréquent des plages et des récifs

Sensibiliser les touristes et les locaux aux conséquences de leur comportement sur l’écosystème marin est également un aspect très important de ton travail de bénévole international. Ces efforts auront des résultats très positifs à long terme, la sensibilisation étant toujours le premier pas vers un changement positif.

Coût de la vie

Le budget quotidien d’une mission humanitaire en Thaïlande est estimé entre 13 et 22 USD. Il s’agit d’une estimation qui prend en compte le coût moyen de certains des services dont tu pourrais avoir besoin et des biens que tu pourrais vouloir acheter. Elle te donne un aperçu du coût de la vie dans le pays, pour t’aider à te préparer et à économiser.

Les coûts additionnels à envisager sont :

Exemple représentatif du coût de la vie en Thaïlande (en dollars américains, par personne) :

Bon à savoir avant ton départ

Si tu voyages à l’étranger pour faire du volontariat, tu dois apprendre à connaître la culture et les spécificités sociales de ton pays d’accueil. Tu t’adapteras plus rapidement et tout malentendu sera ainsi évité. Voici certains conseils utiles à la préparation de ton voyage dans l’humanitaire en Thaïlande.

Sécurité et précautions

La Thaïlande, destination très touristique, est un pays relativement sûr, même pour ceux qui voyagent seuls. Néanmoins, il y a certaines choses à savoir si tu ne veux pas avoir de démêlés avec la justice :

  • Tu dois toujours avoir sur toi une pièce d’identité avec ta photo Mais mieux vaut qu’il s’agisse d’une photocopie plutôt que de l’originale.
  • Lois relatives aux stupéfiants : tu ne dois en aucun cas acheter, consommer ou transporter de la drogue. Ces délits sont passibles de peine de mort en Thaïlande, même pour les touristes !
  • Respecte le roi : il est illégal de dégrader toute représentation du roi (y compris la monnaie thaïlandaise) ! Tu peux aller en prison pour ça.
  • Lois sur la consommation d’alcool : l’âge légal pour consommer de l’alcool est de 20 ans. Il est illégal d’en consommer dans les temples, les lieux de culte, les institutions publiques et d’enseignement, les parcs publics, les stations-service et les pharmacies.
  • Utilise ton talent de négociateur : fais attention à ton argent. Négocie un prix avant de monter dans un tuk-tuk et vérifie que les taxis que tu prends activent leur compteur.
  • Bon sens : ne fais pas confiance aux étrangers qui cherchent à te vendre des informations concernant les attractions touristiques dans la rue. Mieux vaut te renseigner auprès de ton hôtel/auberge de jeunesse.

Conseils sanitaires

S’il y a bien une chose à éviter pendant ta mission humanitaire, c’est de tomber malade. Et pour ce faire, voici certains conseils qui te permettront de rester en bonne santé pendant ton séjour en Thaïlande :

  • Aucun vaccin n’est obligatoire pour entrer dans le pays, mais il est recommandé d’être vacciné contre la diphtérie, le tétanos et la fièvre typhoïde.
  • Si tu es en contact avec les animaux dans le cadre de ta mission humanitaire, le CDC, centre pour le contrôle et la prévention des maladies aux États-Unis ecommande de te faire également vacciner contre la rage.
  • La cuisine de rue thaï est bon marché et délicieuse, mais fais quand même attention à ce que tu manges.
  • N’oublie pas de te laver les mains avant et après manger.
  • Important : ne bois pas l’eau du robinet.
  • Les moustiques sont partout en Thaïlande. Utilise un répulsif de jour comme de nuit. Tu peux aussi asperger tes vêtements de perméthrine. Laisse-les sécher à l’air libre avant de les porter.

Culture et religion

Le bouddhisme a une forte influence sur la culture thaïlandaise. 95 % de la population est bouddhiste. C’est pourquoi la plupart des traditions et croyances sont directement issues des principes bouddhistes. Certains principes comportementaux sont à respecter en Thaïlande :

  • Ne touche jamais la tête d’un Thaïlandais. Les Thaïlandais considèrent la tête comme la partie du corps la plus sacrée et rester maîtres de soi-même est très important pour eux. Te mettre en colère ou hausser le ton ne sera donc en aucun cas utile.
  • Un sourire, en revanche, le sera. Les Thaïlandais ont tendance à beaucoup sourire, d’où le surnom que l’on donne parfois à la Thaïlande : le « pays du sourire ».
  • Contrairement à la tête, les pieds sont la partie du corps la moins sacrée. C’est pour cela que tu ne dois jamais pointer tes pieds vers quelqu’un ou quelque chose de sacré.
  • Si tu visites un temple, tu devras toujours enlever tes chaussures. Cela peut aussi s’appliquer aux maisons.

À mettre dans ta valise

Selon les endroits de la Thaïlande que tu visiteras et les missions humanitaires que tu effectueras, il y a certains indispensables à emporter avec toi pour te rendre la vie plus facile et plus agréable :

  • N’oublie pas ton maillot de bain, ton imperméable et ton parapluie.
  • N’oublie pas non plus ta crème solaire et ton répulsif pour éviter de te faire piquer par des insectes porteurs de maladies comme la malaria ou du virus Zika.
  • Emporte des vêtements appropriés, légers mais longs. Ne porte pas de hauts sans manches ou de shorts courts dans les lieux publics.
  • Emporte des photocopies de ton passeport, de ton assurance voyage et de ta carte de groupe sanguin et laisse les originaux à l’hôtel ou dans un autre endroit sûr.

Compétences et qualifications requises

Comme tu l’as sûrement remarqué, beaucoup de projets différents requièrent d’avoir des compétences et capacités spécifiques. Tu peux consulter le détail des spécificités de chaque projet sur leurs pages dédiées. Voici certaines compétences générales qui s’appliquent à la plupart des missions en Thaïlande :

  • Le niveau en langue pour effectuer des missions humanitaires en Thaïlande dépend des programmes, mais généralement, tu dois avoir un niveau élémentaire en anglais.
  • Tu dois avoir au moins 18 ans pour la plupart des projets humanitaires, surtout quand tu travailleras avec des enfants. En cas de doute, nous te conseillons de prendre contact avec le coordinateur de projet local, étant donné que certains projets acceptent les volontaires à partir de 16 ans.
  • En général, tu peux rester entre 1 et 50 semaines, mais encore une fois, cela dépend du programme choisi.
  • Assure-toi d’effectuer les vaccins requis en temps voulu, surtout si tu as choisi une mission humanitaire de conservation de la faune ! Renseigne-toi auprès de ton coordinateur de projet à ce sujet.
  • Selon le projet qui t’intéresse, tu devras fournir un extrait de casier judiciaire et un certificat médical au préalable.

Réglementations du visa pour la Thaïlande

Te voici arrivé à la dernière partie du guide, qui t’informe d’un autre aspect très important à prendre en compte lors de la planification de ton voyage : l’obtention de ton visa de bénévole pour la Thaïlande.

Les informations qui vont suivre se basent sur des bonnes pratiques que nous avons élaborées au mieux et en collaboration avec plusieurs autres organismes de missions humanitaires. C’est pourquoi nous te conseillons vivement de discuter des conditions de ton visa avec ton coordinateur de projet de Volunteer World. En cas de doute, nous te conseillons également de prendre contact avec l’ambassade de la Thaïlande ou le consulat de ton pays .

Informations générales sur l’immigration

Les bénévoles doivent respecter certaines conditions générales à leur arrivée en Thaïlande :

  • Vérifie la validité de ton passeport. Il doit être valable au moins 3 mois suivant la date de ton retour dans ton pays. Cependant, nous te conseillons fortement de toujours voyager avec une validité de 6 mois sur ton passeport.
  • Vérifie que ton passeport a au moins 2 pages vierges. La Thaïlande exige qu’il y ait des pages non utilisées dans ton passeport, pour laisser de la place aux tampons d’arrivée et de départ.
  • Vérifie si un visa de transit est requis pour toute correspondance.
  • Assure-toi d’avoir un billet de retour valable pour quitter le pays.

Bonnes pratiques pour les bénévoles effectuant un séjour de courte durée

Les informations qui vont suivre concernent principalement les citoyens d’Australie, de Suisse, des États-Unis et de la plupart des États membres de l’UE.

  • Si tu veux rester en Thaïlande moins de 30 jours, tu peux pénétrer dans le pays sans visa.
  • Si tu prévoies de rester 60 jours maximum, tu devras obtenir un visa touristique pour entrée unique. Tu peux en faire la demande avant ton départ auprès du consulat ou de l’ambassade de la Thaïlande le plus proche. Ils te transmettront toutes les informations nécessaires concernant les documents que tu devras envoyer pour finaliser le processus de demande.

Bonnes pratiques pour les bénévoles effectuant un séjour de longue durée

Si tu prévoies de faire du volontariat en Thaïlande de 90 jours maximum, tu devras faire une demande de visa non-immigrant « O ». N’oublie pas d’en faire la demande avant ton départ pour la Thaïlande auprès du consulat ou de l’ambassade de la Thaïlande le plus proche.

Pour effectuer ta demande, il te faudra des documents d’appui de l’organisme dans lequel tu vas faire ton volontariat. L’ambassade ou le consulat de la Thaïlande te donneront toutes les informations nécessaires ainsi qu’une liste des documents à envoyer pour effectuer ta demande.

Si tu as déjà un visa non-immigrant « O » et que tu veux rester plus de 90 jours, il te faudra un permis de travail (avant l’expiration de ton visa et en concertation avec ton organisme de bénévolat) ainsi qu’une extension de visa (à la date d’expiration). À noter : tu ne peux obtenir ton extension de visa que si tu as déjà un permis de travail. Et n’oublie pas que même si tu as déjà un permis de travail, l’extension de visa demande beaucoup de paperasse.